LES ENIVRES d’Ivan Viripaev – édition nov. 2014

Pièce en 2 actes et 8 scènes (2012)
Traduction Tania Moguilevskaia, Gilles Morel

commander le texte

commander le texte

 

 

 

Acte I – Scène 4 
Extrait

Nuit. Cuisine d’un restaurant. Le restaurant est fermé depuis des heures, mais dans la cuisine au milieu de la vaisselle qui sèche, de casseroles, de grands et de petits couteaux et autres ustensiles de cuisine, une compagnie de cinq personnes s’est rassemblée. Quatre hommes Max, Rudolf, Gabriel et Mathias. Et avec eux une petite jeune fille qui s’appelle Rosa. Tout le monde est très copieusement ivre.

(…)

MAX. — Mais pour quelle raison avez-vous emmené une prostituée avec vous ?
MATHIAS. — Pour la manger.
MAX. — Je vous ai pourtant dit qu’il ne fallait emmener personne ici, parce que c’est le restaurant de mes parents, et surtout pas une prostituée !
RUDOLF. — C’est pourtant ta dernière soirée de célibataire, Max. C’est l’enterrement de ta vie de garçon, et comment enterrer une vie de garçon sans prostituée ?
MAX. — Je ne vous ai pas demandé d’amener une prostituée avec vous, surtout dans le restaurant de mes parents.
GABRIEL. — Arrête, Max, il y a partout de la place pour l’amour, surtout dans un restaurant végétarien.
MATHIAS. — J’ai envie de viande, je propose de manger cette prostituée, de la griller dans cette poêle.
GABRIEL. — Mon frère dit que nous devons parvenir à entendre le chuchotement du Seigneur dans notre cœur. Chacun de nous doit parvenir à entendre le chuchotement du Seigneur dans son cœur. Mon frère dit…
MATHIAS. — Tu n’as aucun frère, ferme-la.
GABRIEL. — Tu dois parvenir à entendre le chuchotement du Seigneur dans ton cœur, voilà ce que mon frère m’a demandé de te transmettre.
MATHIAS. — Idiot !
ROSA. — Je sais de quoi il parle, il n’est pas idiot. J’entends le chuchotement du Seigneur dans mon cœur. Pas toujours, mais parfois il arrive que j’entende.
RUDOLF. — Mais tu es une prostituée, Rosa, tu ne peux pas parler comme ça.
ROSA. — Mais j’entends. Parole d’honneur parfois j’entends le chuchotement du Seigneur dans mon cœur.
RUDOLF. — Pourquoi les prostituées sont-elles toujours aussi religieuses ?
GABRIEL. — Mon frère prêtre catholique, dit que chacun a entendu au moins une fois dans sa vie le chuchotement du Seigneur dans son cœur, mais peu nombreux sont ceux qui osent l’avouer.
MATHIAS. — Tu n’as aucun frère, qu’est-ce que tu nous débites ?
GABRIEL. — Nous entendons tous le chuchotement du Seigneur dans notre cœur, simplement nous le cachons, nous le cachons même à nous-mêmes.
ROSA. — C’est, la vérité, c’est la vérité, ton frère a absolument raison.
MATHIAS. — Mais il n’a aucun frère, de quoi on parle ici ?!

Ce contenu a été publié dans A lire, En France, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *

24 817Commentaires spam bloqué jusqu'à présent parSpam Free Wordpress