DANSE « DELHI » d’Ivan Viripaev / Gaëlle Hermant – reprise 2021

La Criée Marseille
 
 
du 17 au 20 février 2021
à La Criée
Théâtre National de Marseille
si les représentations ne sont pas accessibles au public, resteront ouvertes aux professionnels celles du 18 et 19
dans le plus strict respect des conditions sanitaires.

 
 
 

DANSE « DELHI » d’Ivan Viripaev
traduction Tania Moguilevskaia et Gilles Morel
mise en scène Gaëlle Hermant
avec Christine Brücher, Manon Clavel, Jules Garreau, Kyra Krasniansky en alternance avec Lina Alsayed, Louise Rebillaud, Laurence Roy et la musicienne Viviane Hélary
dramaturgie Olivia Barron
scénographie Margot Clavières
création lumières et régie générale Benoît Laurent
création son Rossi-Roth
costumes Noé Quilichini

production Cie DET KAIZEN.
coproduction Théâtre Gérard Philipe, centre dramatique national de Saint-Denis, La Criée – Théâtre national de Marseille, Théâtre Eurydice – ESAT de Plaisir – nov. 2019

Entre mélodrame et comédie satirique, Ivan Viripaev, auteur russe contemporain, imagine une œuvre déclinée en sept courtes pièces, partition musicale où se rejoue en sept variations notre rapport à la mort et tout ce qu’elle fait surgir dans le comportement humain, du ridicule grotesque à la douleur profonde.

Les contradictions de notre rapport au monde, les non-dits et les peurs sont au centre de cette comédie.
Dans ce salon réservé aux familles d’un hôpital de quartier, entre l’annonce de la mort et la signature de l’acte de décès, six personnages rient, aiment, se trahissent, se disputent et se réconcilient.

Les vies se racontent par fragments, se décalent, se colorent à chaque variation. Un morceau de musique live ouvre chaque pièce et insuffle une tonalité, un rythme, une couleur. Album en sept volets, Danse « Delhi » déploie une partition musicale aux variations infimes mais permanentes.

À l’annonce de la mort, le temps se suspend, la parole se libère révélant le meilleur et le pire, provoquant le rire ou l’émotion. Au tragique, Ivan Viripaev privilégie l’humour, cette élégance du désespoir, qui selon lui, est « une perche tendue à l’humanité ».
 


images répétitions au Théâtre Gérard Philipe – Centre Dramatique National de Saint-Denis
réalisation Habib Naghmouchin

 

Presse au Théâtre Gérard Philippe – Centre Dramatique de Saint-Denis

 

 

henschel

 

Ce contenu a été publié dans A voir, En France, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *

26 261Commentaires spam bloqué jusqu'à présent parSpam Free Wordpress