DANSE « DELHI » d’Ivan Viripaev / Galin Stoev – Création au TNT Toulouse

 

création 11 > 20 janvier 2018
au TNT
Théâtre national de Toulouse

 

 

DANSE « DELHI » d’Ivan Viripaev
Traduction du russe au bulgare et mise en scène Galin Stoev
Traduction du russe au français Tania Moguilevskaia et Gilles Morel
Avec Elena Telbis, Radena Valkanova, Svetlana Yantcheva
(distribution en cours)
Décor Nicolas Toromanonov-Fitcho
Espace sonore Emilian Gatsov
Costumes Elitza Georgieva
Dramaturgie Mira Todorova
Image et vidéo Missirkov / Bogdanov
Production Théâtre National de Sofia – Bulgarie
Production déléguée à Toulouse : TNT – Théâtre national de Toulouse

Je suis persuadée qu’il faut non pas regarder la danse‚ mais l’écouter. Mais écouter‚ il est vrai‚ pas avec les oreilles‚ écouter avec tout son être. Il faut‚ comment dire ça mieux‚ il faut devenir un seul et même être avec le danseur‚ il faut laisser la danse te pénétrer‚ il faut t’abandonner à elle‚ il faut que la danse prenne possession de toi.
in Danse « Delhi », Ivan Viripaev

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sept pièces en un acte composent Danse « Delhi », chorégraphie poétique avec un thème et ses variations. Le lieu de l’action et les personnages restent les mêmes. Dans une salle d’attente d’hôpital, au nombre de six, ils perdent ou retrouvent un proche, pleurent, rient, s’aiment, se trahissent, se disputent, se réconcilient.
Comme sur un échiquier, il y a un nombre défini de pièces et de combinaisons possibles, avec un champ d’expérimentation qui donne littéralement – et métaphoriquement – le vertige.
Voyage passionnant à l’intérieur d’un réseau de réincarnations sans fin, l’histoire chaque fois commence par l’annonce d’une mort, finit par la signature de l’acte de décès. Images d’un kaléidoscope en perpétuel mouvement, les personnages ont de multiples visages, les situations chaque fois se redistribuent.
Au coeur de l’histoire, une danse mystérieuse marque à jamais quiconque l’a un jour admirée. L’art de la pièce est de nous faire graduellement entrer dans la danse que nous ne verrons jamais. Par ses allers-retours constants entre mélodrame et vaudeville, art et réalité, elle embrasse toutes les contradictions irréconciliables de la vie et du théâtre. Avec humour et tendresse, elle conduit le spectateur au-delà de tout dualisme.
Ce théâtre avant tout nous parle de libération.
Galin Stoev

henschel

Ce contenu a été publié dans A voir, En France, France, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *

24 332Commentaires spam bloqué jusqu'à présent parSpam Free Wordpress