ILLUSIONS Ivan Viripaev / Galin Stoev – création 2024

theatredelacité
 
 
 
 
 
du 24 avril au 7 mai 2024
au CUB – ThéâtredelaCité
CDN Toulouse Occitanie
 
 
 
 

ILLUSIONS d’Ivan Viripaev
Traduction française Tania Moguilevskaia, Gilles Morel
Mise en scène Galin Stoev
Avec Marine Déchelette, Mathieu Fernandez, Élise Friha, Marine Guez, Alice Jalleau, Thomas Ribièreb et Julien Salignon
Collaboration artistique et assistanat à la mise en scène Virginie Ferrere
Lumières Michel Le Borgne
Son Joan Cambon
Costumes Nathalie Trouvé
Travail corps et voix Anna Khlestkina
Réalisation du décor dans les Ateliers de construction du ThéâtredelaCité
sous la direction de Michaël Labat
Réalisation des costumes dans les Ateliers du ThéâtredelaCité
sous la direction de Nathalie Trouvé
Production ThéâtredelaCité – CDN Toulouse Occitanie
Avec la participation de l’AtelierCité

PRESENTATION
C’est avec les sept comédien·nes tout juste sortis de la troupe du ThéâtredelaCité à Toulouse, que Galin Stoev dirige, qu’il choisit de monter à nouveau un texte d’Ivan Viripaev, Illusions. Avec une énergie et une imagination débordantes, ils racontent les souvenirs de deux couples mariés et amis depuis cinquante ans, qui au crépuscule de leur vie réinterrogent leurs sentiments. Ils miment, se jouent du vrai et du faux, multiplient les histoires. Ça parle d’ovnis, d’escargots grillés au barbecue et de kangourous. Ça interroge l’amour et ses mystères. Tout vole en éclats, à commencer par le texte, écrit comme une partition musicale. Dans une langue quotidienne et d’une violence vitale, Ivan Viripaev écrit une comédie décapante ; une ode au théâtre, drôle et tragique, qui permet une liberté de mise en scène et de jeu sans limites.


@ Eric Damiano

EXTRAIT
” Merci à toi, à ton amour, qui m’a appris que la vie, c’est une attention de chaque instant pour une personne proche. En t’aimant, j’apprenais l’attention. J’apprenais à voir une autre personne. L’amour apprend à voir l’autre, et pas seulement soi. Je t’aimais et je comprenais qu’il me fallait correspondre à cet amour, te correspondre à toi, à ta façon de m’aimer, et je changeais. J’ai été obligé de changer. C’est un tel présent, un tel miracle, quand quelque chose te pousse à changer. Quand tu fais des efforts et que tu changes ce que tu es. Tu viens dans ce monde comme une personne et tu en pars comme une autre. Ce qui veut dire que tu as effectivement vécu. Véritablement vécu. Et nous apprendre à vivre précisément comme ça, il n’y a que l’amour qui le puisse. Rien n’est capable de nous tirer du trou de notre propre égoïsme sauf l’amour. L’amour m’a poussé à relever la tête et à me regarder de l’extérieur, l’amour m’a poussé à vaincre ma propre paresse, ma propre lâcheté, ma propre peur. Tout ce que j’ai réussi dans cette vie, tout ça, je l’ai fait grâce à toi.” Ivan Viripaev, Illusions


© ThéâtredelaCité

Dossier Production

Média

  • Extraits de répétitions et entretien avec Galin Stoev – décembre 2023
    vidéo et montage Le Gros Indien © ThéâtredelaCité

Tournée 2024

Pièce traduite avec le soutien du Centre International de la traduction théâtrale – Paris

 

 

 

 
henschel

 

Publié dans A voir, En France, Vidéo | Marqué avec , , , , , , | Laisser un commentaire

ESTHER BOL – CRIME #AlwaysArmUkraine – Paris mars 2024

 

CRIME #AlwaysArmUkraine
pièce de Esther Bol
au programme de la première édition de
DOC EN SCÈNE ! – La voix humaine : Ukraine
organisé par le Collectif VERBA
à L’ESPACE ALBATROS – MONTREUIL
le 24 mars 2024 à 14.00

 

 

DOC EN SCÈNE ! – La voix humaine : Ukraine, festival théâtral documentaire pluridisciplinaire qui cherche, à travers différentes formes d’expression artistique, à rassembler des morceaux des témoignages de notre temps.
La première édition est dédiée au soutien de la création artistique ukrainienne et à celle des artistes anti-guerre russes.
​Cette année, le thème du festival est La voix humaine : Ukraine. Solidaires avec l’Ukraine, nous relaierons les témoignages de ses auteurs contemporains et leur regard sur la tragédie que nous traversons en ce moment.
En créant ce festival et sans prétention, nous souhaitons donner aux artistes l’opportunité de s’exprimer sans crainte pour leur vie, ce qui, cela va sans dire, est actuellement impossible dans leur pays.
​Au programme : spectacles vivants, lectures de pièces de théâtre, expositions d’arts plastiques, performances de danse et audiovisuelles, projections de films, en passant par l’art numérique et la poésie.
Les pièces seront jouées en français, ukrainien ou russe, avec un sous-titrage en français.


Paris, le 24 mars 2024

Crime #AlwaysArmUkraine de Esther Bol. La pièce déroule une chronologie singulière des six premiers mois de l’invasion russe à grande échelle de l’Ukraine. Une guerre ouverte à l’examen comme aucune autre auparavant. D’autant plus monstrueuse que les Russes peuvent suivre sur leur téléphone les souffrances que leur pays inflige. La plupart préfèrent fermer les yeux, certains en dégustent la violence, d’autres compatissent. Tout cela ouvre une dimension nouvelle à l’écriture documentaire et c’est en l’explorant que la protagoniste tente de surmonter l’engourdissement de la solitude et de l’exil. Elle est russe, son bien-aimé est ukrainien. Il combat pour la défense de sa patrie. Fait prisonnier aux débuts des hostilités, nul ne sait ce qu’il est advenu de lui. Que peut-elle faire ? Sinon confier ses lettres au tourbillon du cyclone numérique.

 

Esther Bol, née en 1985 à Rostov-sur-le-Don, est dramaturge. Jusqu’en février 2022, elle s’appelait Assia Volochina, ses textes étaient créés dans les plus grands théâtres de Moscou et de Saint-Pétersbourg et elle était nominée au Masque d’or. Après l’invasion à grande échelle de l’Ukraine, elle a pris position contre la guerre et quitté définitivement la Russie, tandis que ses textes étaient retirés du répertoire. Elle vit actuellement en France.
(photo © Elena Gordienko – Paris 2023)
 

 

Presse

 
Autres présentations publiques du texte

  • CRIME #AlwaysArmUkraine création Budva – Monténégro
    version russe mise en scène Andrei Slepukhin
    au LOFT, Espace Reforum Budva le 28 octobre 2023


 

 

 

 

 

 

  • CRIME #AlwaysArmUkraine lecture Tel-Aviv
    version russe mise en scène Dasha Shamina (Théâtre Fulcro)
    vernissage de sa publication aux Edtions Babel. Livres. Tel Aviv.
    au MALENKY THEATRE Tel Aviv, le 04 février 2024


 
 
 

 

 

 

  • CRIME lecture par Podcast.ru
    version russe (monologue)
    performance audio spécifiquement créée pour « Set the Stage ».
    mise en ligne le 19 décembre 2023


 

 

 

 

 

 

  • CRIME #AlwaysArmUkraine lecture Prague
    traduction tchèque mise en scène Tomáš Soldán
    au MEET FACTORY, le 18 novembre 2023


 

 

 

 

 

 

  • CRIME (Stéthoscope) installation récursive Lyon
    traduction française mise en forme Esther Bol
    au TNG Lyon (Festival Sens Interdits) octobre 2023
    Ecouter un extrait – voix Marion Talotti

 


 

CRIME #AlwaysArmUkraine
pièce de Esther Bol
traduction du russe Gilles Morel
Editions L’Espace d’un instant
Premier tirage : février 2024

 

Publié dans A voir, En France, France | Marqué avec , , , , , | Laisser un commentaire

ESTHER BOL – CRIME #AlwaysArmUkraine

 

 

traduction du russe Gilles Morel
préface Kamila Mamadnazarbekova
Collection Sens Interdits,
avec le soutien du Théâtre Nouvelle Génération Lyon.

 

 

Crime #AlwaysArmUkraine déroule une chronologie singulière des six premiers mois de l’invasion russe à grande échelle de l’Ukraine. Une guerre ouverte à l’examen comme aucune autre auparavant. D’autant plus monstrueuse que les Russes peuvent suivre sur leur téléphone les souffrances que leur pays inflige. La plupart préfèrent fermer les yeux, certains en dégustent la violence, d’autres compatissent. Tout cela ouvre une dimension nouvelle à l’écriture documentaire et c’est en l’explorant que la protagoniste tente de surmonter l’engourdissement de la solitude et de l’exil. Elle est russe, son bien-aimé est ukrainien. Il combat pour la défense de sa patrie. Fait prisonnier aux débuts des hostilités, nul ne sait ce qu’il est advenu de lui. Que peut-elle faire ? Sinon confier ses lettres au tourbillon du cyclone numérique.


 
 
Esther Bol, née en 1985 à Rostov-sur-le-Don, est dramaturge. Jusqu’en février 2022, elle s’appelait Assia Volochina, ses textes étaient créés dans les plus grands théâtres de Moscou et de Saint-Pétersbourg et elle était nominée au Masque d’or. Après l’invasion à grande échelle de l’Ukraine, elle a pris position contre la guerre et quitté définitivement la Russie, tandis que ses textes étaient retirés du répertoire.
Elle vit actuellement en France.

 
 


 
CRIME – Installation sonore
réalisée par Esther Bol
dans le cadre de l’exposition interactive
LE MUSÉE DES HISTOIRES (NON) IMAGINÉES
(conception : Artem Arsenian et Nika Parkhomovskaia)
au Théâtre Nouvelle Génération CDN Lyon
Festival Sens Interdits
du 15 au 19 octobre 2023
 

 
Presse

 
Tournée présentation 2024

 


 
CRIME #AlwaysArmUkraine
pièce de Esther Bol – traduction du russe Gilles Morel
Editions L’Espace d’un instant
150 pages – ISBN 978-2-37572-066-0
Prix : 14.00€
Premier tirage : février 2024

 

Publié dans A lire, En France | Marqué avec , , , , , | Laisser un commentaire

ILLUSIONS d’Ivan Viripaev / Yordan Goldwaser – création 2024


 
 
 
 
 
du 12 au 14 mars 2024
au Théâtre en Bois
NEST CDN Thionville
 
 
 
 
 
ILLUSIONS d’Ivan Viripaev
Traduction Tania Moguilevskaia, Gilles Morel
Mise en scène Yordan Goldwaser
Avec David Houri, Pauline Huruguen, Jeanne Lepers, Barthélémy Meridjen
Collaboration artistique Yann Richard
Scénographie et costumes Lucie Gautrain
Création lumière Diane Guérin
Création sonore Tal Agam
Régie généraleThomas Coux
Production et administration Frédérique Wirtz, Victor Hocquet – La Poulie
Création Compagnie La Nuit Américaine, Strasbourg

Coproductions NEST – CDN transfrontalier de Thionville-Grand Est, Studio-Théâtre de Vitry, Théâtre de Vanves Soutiens Drac Grand Est, Région Grand Est, ville de Strasbourg, Centquatre-Paris, La Vie Brève au Théâtre de l’Aquarium de Paris, TAPS – Théâtre actuel et public de Strasbourg.

illusions-Goldwaser
© Lucie Gautrain

La compagnie La nuit américaine chemine depuis trois ans à travers l’œuvre d’Ivan Viripaev. Débuté par la mise en scène de sa pièce LES GUEPES DE L’ETE NOUS PIQUENT ENCORE EN NOVEMBRE, ce compagnonnage s’est enrichi de lectures publiques et de petites formes autour de sa pièce OVNI. Nous concluons ce cycle de travail en abordant sa pièce ILLUSIONS.

Il doit pourtant bien y avoir un minimum de constance dans ce cosmos changeant ?

« N’ayant pas trouvé le véritable amour, nous déduisons qu’il n’existe pas du tout, que tout ça n’est qu’une fiction littéraire, et alors nous épousons celui qui est à côté, qui est réel, qui est à portée de main et ensuite nous vivons avec lui, ou avec elle toute notre vie, en pensant que voilà c’est donc tout ce dont l’humanité est capable, que voilà c’est donc ça tout l’amour qui peut exister, mais en vérité l’amour est tout autre. »

Dennis aime son épouse Sandra qui est secrètement amoureuse de son ami Albert, le mari de Margaret pour laquelle Dennis brûle de passion… 50 ans d’amour et d’amitié unissent quatre petits vieux qui, au crépuscule de leur vie, osent enfin s’avouer toutes leurs illusions sentimentales : des illusions d’amour réciproque, des illusions de don de soi, des illusions de bonheur conjugal et des illusions d’idéal commun. Avec Les guêpes de l’été nous piquent encore en novembre, joué au TAPS en 2022 et le spectacle Illusions de cette nouvelle saison, Yordan Goldwaser poursuit son exploration sensible du théâtre d’Ivan Viripaev. Un récit à quatre voix qui, de confessions intimes en vérités universelles, crée l’illusion du couple, de l’amour éternel ou fictionnel et de la solitude rarement vaincue.

Presse

  • Sceneweb / Anaïs Heluin – 31/01/2024

Tournée 2024

Pièce traduite avec le soutien du Centre International de la traduction théâtrale – Paris

 

 

 

 
henschel

 

Publié dans A voir, En France | Marqué avec , , , , , | Laisser un commentaire

ILLUSIONS d’Ivan Viripaev / Dylan Ferreux et Martin Jaspar – création Suisse 2024


 
 
 
 
 
 
du 22 au 25 février 2024
au Casino Théâtre
Rolle (Suisse)
 
 
 
 
ILLUSIONS d’Ivan Viripaev
traduction Tania Moguilevskaia, Gilles Morel
mise en scène Dylan Ferreux, Martin Jaspar
avec Dylan Ferreux, Margaux Le Mignan, Geneviève Pasquier, Frédéric Polier
violoncelle live & arrangements Maiana Lavielle
alto live & arrangements Naomi Cohen
costumes & scénographie Dylan Ferreux, Martin Jaspar
création lumière Luis Henkes
production Collectif Berzerk

coproduction Casino Théâtre de Rolle
soutiens Loterie Romande, Canton de Vaud, Fondation Engelberts, Fondation Ernst Göhner, Région de Nyon


 
Carnaval amoureux

“Illusions” raconte avec humour et tendresse, les péripéties amoureuses de deux couples mariés depuis plus de cinquante ans. Ils ont partagé une grande partie de leur vie dans une complicité et une bienveillance réciproque. Mais la mort, qui les menace à tour de rôle, va étrangement bouleverser leurs relations sentimentales et libérer leurs cœurs. De révélations en confidences, chacun des personnages se confie aux trois autres et réécrit une nouvelle histoire, faite de désirs cachés, d’amours impossibles et de réalités parallèles.

Portée sur scène par quatre interprètes de trente à cinquante ans, dont la fougue contraste avec l’âge réel des personnages, cette pièce est un carnaval philosophique sentimental tragiquement drôle et absurde, qu’un accompagnement musical à l’alto et au violoncelle vient sublimer.

Qu’est-ce qui vous a séduit dans cette pièce ?

Il émane de cette œuvre extrêmement drôle, quelque chose d’absolument rayonnant et de profondément spirituel. Aussi ai-je rarement rencontré un dialogue si réussi entre ces deux qualités au sein d’une pièce. ILLUSIONS m’a non seulement attiré comme metteur en scène mais aussi en tant qu’acteur.
Il y a dans l’écriture d’Ivan Viripaev, un terrain de jeu constitué d’un rapport fort et intime à la parole face à une vérité éminemment au présent, qui doit s’exprimer chez le comédien. Formellement, la pièce invite à une mise en scène aux antipodes de ce que j’avais pu réaliser jusqu’à aujourd’hui. Soit un théâtre de la parole ne reposant que sur ses interprètes et une scénographie épurée.
– Dylan Ferreux (vd.leprogramme.ch)

Media

  • Nyon Région Télévision – 12/02/2024

Presse

 
Pièce traduite avec le soutien du Centre International de la traduction théâtrale – Paris

 

 

 

 
henschel

 

Publié dans A voir, En Suisse | Marqué avec , , , , , | Laisser un commentaire

OVNI d’Ivan Viripaev / Nicolas Schiavo – création 2024

 
 
 
 
les 05, 12, 19 et 26 février 2024
les 04, 11, 18 et 25 mars 2024
les 01 et 08 avril 2024
au Théâtre de Nesles
Paris
 
 
 

OVNI d’Ivan Viripaev
traduction Tania Moguilevskaia et Gilles Morel
mise en scène Nicolas Schiavo
avec Alban Andreu , Pauline Darrieu , Marine Dernoncour, Virgile Flamand, Jean-Luc Giorno, Nora Giret, Juliette Labreuche, Guillaume Prevot, Nicolas Schiavo, Jennifer Yahi
production Compagnie Vespérale

Présentation

Ivan Viripaev a recueilli à travers le monde des témoignages de personnes ayant été en contact avec des extraterrestres. Chacune nous livre un moment intense et émouvant de sa vie, au cours duquel elle a perçu de façon nette et précise, un fragment du secret de l’univers.

Des personnes venues de différents pays du monde, surprises dans leur quotidien, nous racontent le jour, le moment, la seconde où elles ont dépassé leur condition d’être humain, et partagent avec nous le résultat de cette expérience hors du commun.

L’auteur restitue fidèlement le témoignage de ces inconnus, qui nous emportent avec eux dans le tourbillon poétique de ces moments d’étrangeté. Leur parole, à la fois profondément humaine et infiniment différente nous offre un monde nouveau et nous révèle à nous même.

Notre monde contemporain vit la révolution de l’intelligence artificielle générative. Celle-ci à une conséquence majeure, faire entrer la falsification de manière crédible, dans un domaine qui jusqu’alors valait pour preuve incontestable de la réalité : l’image. Et donc, nous nous mettons à douter de cela même qui mettait fin au doute. Dans ce marasme d’incrédulité, le dramaturge parvient à sauvegarder un ilot de certitude et amène doucement le public vers l’évidence d’une réalité incontestable : celle de la représentation. C’est d’ailleurs pour cette raison que l’espace scénique sera vide de tout décor. Dénué de tout artifice, seule reste la parole, performative de réalité. Comme un miroir de l’art théâtral, l’auteur nous propose avant tout une connaissance sensorielle du monde. « D’abord (…) la sensation de dieu (…) et seulement ensuite, toutes les vérités sur lui. ». Et si finalement, l’essentiel n’était pas la réalité, mais l’effet que produit ceux qui la racontent sur ceux qui les écoutent ? pour le meilleur comme pour le pire…


© Compagnie Vespérale

Ivan Viripaev brouille les pistes en intitulant sa pièce Ovni, car il n’est pas tellement question ici de petits hommes verts. Les Aliens sont plutôt un prétexte brandit par chacun des témoins, pour nous livrer leurs secrets les plus intimes. Les personnages ne cherchent pas à nous convaincre, à argumenter, à défendre tel ou tel thèse. Ils nous offrent une expérience physiologique du monde, comme un concentré de connaissance, une porte ouverte sur le cosmos que chacun est libre de franchir ou non. Ces témoignages font alors raisonner deux questions : qu’est-ce que la réalité ? qu’est-ce que l’humanité ? L’auteur dessine dans cette pièce une tentative de réponse. Il nous l’indique d’ailleurs lui-même dans une lettre à destination de l’équipe de création et des spectateurs : « A vrai dire ce n’est pas du tout important de savoir si ces personnes ont ou n’ont pas rencontré des extraterrestres ou s’il s’agit d’une invention de leur part. Ce n’est pas important. Parce que ce qui est important, à vrai dire, c’est le fait qu’un individu qui vit sur la planète Terre accepte de partager avec d’autres personnes ses visions de la vie les plus intimes. ».Humanité et réalité, l’une comme une réponse à la question posée par l’autre. Cette idée, Ivan Viripaev parvient à nous la transmettre grâce à une magistrale mise en abime du récit théâtral.

Et c’est là tout le sel de cette pièce, construite de manière fractale, à la façon des poupées gigognes. Les questions soulevées s’emboitent de l’immanence vers la transcendance : Qu’est-ce que percevoir ? Qu’est-ce que raconter ? Qu’est-ce que le théâtre ? Qu’est-ce que la création ? Ivan Viripaev tente de répondre à toutes ces questions, successivement et simultanément. Et l’originalité des réponses qu’il apporte réside dans le fait qu’elles ne sont pas intelligibles, elles sont sensibles ! Pour cette mise en lumière charnelle de notre monde, j’ai choisi de doubler chaque témoignage d’une couleur, d’une vibration. Un ensemble de longueur d’onde, comme autant de variations visibles, qui additionnées les unes aux autres créent une réalité alternative, comme un kaléidoscope, dont les éclats mis bout à bout dessinent l’humanité et ses paradoxes.

C’est peut-être là, la dernière poupée qui coiffe toutes les autres, la création théâtrale pour raconter des histoires, pour partager des sensations et donc contribuer à la construction de notre monde en se mettant du côté de la force qui crée : « j’ai compris comment ce monde change (…) Il change par une force que nous n’avons pas à connaître jusqu’au bout. Mais tout ce que nous pouvons faire, c’est de faire équipe avec cette force. Et si tu es aux côtés de la force qui crée, alors toi aussi tu crées. »

Nicolas SCHIAVO – Novembre 2023

  • L’équipe artistique en parle…


 

 
Pièce traduite avec le soutien du Centre International de la traduction théâtrale – Paris

 

 

 

henschel

 

Publié dans A voir, En France, Vidéo | Marqué avec , , , , , | Laisser un commentaire

MY MAMA AND THE FULL-SCALE INVASION de Sasha Denisova – Philadelphie PA – tour 2024

my-mama-wylma

 

 

du 30 janvier
au 18 février 2024
au Willma Theater
Philadelphie PA

 

 

MY MAMA AND THE FULL-SCALE INVASION
texte Sasha Denisova (2022)
mise en scène Yury Urnov
traduction Misha Kachman
adaptation Kellie MeCleary
avec Holly Twyford, Lindsay Smiling, Rachel Sanderson, Suli Holum, Claire Schoonover, Daniel Young
création vidéo Kelly Colburn
costumes Ivania Stack
scénographie Becky Reed
création lumières Venus Gulbranson
création son, musique Michael Kiley
production Woolly Mammoth Theatre – Washington DC – septembre 2023
coproduction Wilma Theater – Philadelphie PA

my-mama-wylma
@ Woolly Mammoth Theatre 2023

SASHA DENISOVA
Née en Ukraine. Dramaturge, metteuse en scène, romancière, scénariste. Diplômée de la faculté de philologie de l’université Shevchenko de Kyiv. Ecrit plus de 30 pièces documentaires et met en scène plus de 25 spectacles d’abord au TEATR.DOC MOSCOU, où elle a pour compagnons Mikhaïl Ougarov, Elena Gremina et Elena Kovalskaya (Liubimovka).

LA RÉSISTANCE D’UNE OCTOGÉNAIRE
Olga, la mère de Sasha, âgée de 82 ans, qui a vécu à Kiev toute sa vie, est en première ligne au moment de l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Olga se retrouve plongée dans des situations de plus en plus fantastiques : elle élabore des stratégies avec le président Zelensky, frappe des drones russes avec des pots de cornichons et débat même avec Dieu. Inspirée par des discussions en ligne avec sa mère, la dramaturge Sasha Denisova nous présente cette nouvelle pièce sur les liens et l’héritage d’une famille au milieu de la guerre et de la crise mondiale actuelles.

@ Wilma Theater 2024

“Ma mère est née le jour même où les Allemands bombardaient, alors quand je lui ai dit d’aller à l’abri anti-aérien, la première chose qu’elle a dite a été : ‘Je n’y vais pas. Je suis née là-bas.’ le début de notre combat en cours parce qu’elle ne m’a pas laissé venir la faire sortir et, comme vous le verrez dans la pièce, c’est une femme au fort caractère, comme toutes les femmes ukrainiennes. Sasha Denisova, The Guardian

“La dramaturge Sasha Denisova a créé quelque chose qui touche au cœur de ce que le théâtre expérimental s’efforce de faire, mais avec un côté commercial qui en fait une production que presque tout public peut apprécier et apprécier.” MD Theater Guide

“La mise en scène de Yury Urnov, tout comme la pièce elle-même, s’avère ludique, frénétique et totalement rafraîchissante.” MD Theater Guide

TRANSPARENCE DU CONTENU
Cette pièce centre les discussions et les descriptions des invasions de l’Ukraine par la Russie et les forces militaires de l’Allemagne nazie, y compris les discussions et les descriptions de la guerre, de l’occupation nazie, de la famine, des meurtres de masse. Cette pièce mentionne la guerre nucléaire, les bombardements/explosions, le SSPT d’après-guerre, l’alcoolisme et la violence domestique. Cette pièce comprend également des grossièretés et des injures. Les événements de cette pièce font référence à des événements historiques et actuels réels.

helen hayes awards
 

8 nominations aux Helen Hayes Awards 2024

 

 
Média Philadelphie PA 2024

  • Sasha Denisova – podcast 48 mn – RADICALIZED # 92
    ‘Art is a Weapon’ par Heidi Cuda – 09/04/2024
  • Sasha Denisova à propos de sa pièce MY MAMA
  • Wilma Theater 2024 – 09/02/2024
  • Trudy Rubin, chroniqueuse affaires étrangères
    pour The Philadelphia Inquirer – 06/02/2024
  • NBCPhiladelphia channel – 31/01/2024

Presse Philadelphie PA 2024

Média Washington DC 2023

  • NBCWashington channel – 19/09/2023

Presse création Washington DC 2023

Autres créations 2023 / tour 24 texte Sasha Denisova


 
MA MERE ET L’INVASION A GRANDE ECHELLE
traduction du russe
par Tania Moguilevskaia
et Gilles Morel

 

Publié dans A voir, aux USA, Vidéo | Marqué avec , , , , | Laisser un commentaire

LA HAYE Sasha Denisova / Galin Stoev – tour 2024

theatredelacité
 
 
 
 
 
les 24 et 26 janvier 2024
au ThéâtredelaCité
Toulouse
Spectacle en bulgare, surtitré en français
ainsi qu’en ukrainien

 
 

LA HAYE [HAGA]
texte Sasha Denisova (2023)
mise en scène Galin Stoev (2023)
traduction en bulgare Galin Stoev
traduction en français Tania Moguilevskaia et Gilles Morel
surtitrage en français Virginie Ferrere et Galin Stoev
avec Kremena Deyanova, Radena Valkanova, Velislav Pavlov, Darin Angelov, Dimitar Nikolov, Iliana Kodzhabasheva, Plamen Dimov, Radina Kardzhilova, Sofia Bobcheva, Stelian Radev, Hristo Petkov, Hristo Terziev, Julian Vergov, Yavor Valkanov, Vasil Draganov

scénographie Boris Dalchev
costumes Kancho Kasabov
musique Emilian Gatsov-Elbi
arrangement et training vocal Georgy Georgiev-Antika
chorégraphie Marion Darova
création lumière Ilya Pashnin
assistant costumes Tsetska Ivaylova
maquillage et perruques Rozalina Peycheva
dramaturgie Mira Todorova
adaptation pour surtitrage en français Virginie Ferrere et Galin Stoev
adaptation pour surtitrage en ukrainien Oxana Conor
régie surtitrage Mira Simova
production Théâtre national Ivan Vazov, Sofia – Bulgarie
Création le 19 septembre 2023

la haye - theatredelacité
copyright Boriana Pandova
 
NOTE DE GALIN STOEV
Cette année, je suis rentré en Bulgarie, mon pays natal, pour créer le spectacle La Haye de Sasha Denisova, une autrice ukrainienne. Elle a terminé l’écriture de ce texte au début de l’année 2023 et quand je l’ai découvert, je me suis dit qu’il fallait absolument le présenter en Bulgarie, un pays où la propagande russe marche encore au point de diviser la société.
À la création du spectacle à Sofia, j’ai pu voir comment le théâtre peut produire des mouvements tectoniques dans la manière de penser ou de sentir le monde. Au-delà des questions artistiques, ce travail agit sur des questions sociétales qui dépassent largement notre petit univers théâtral.
Dans un état de fatigue généralisée par rapport à cette guerre, je pense que le théâtre peut créer des expériences et des moments de vie qui peuvent surprendre ou bouleverser, et que ce spectacle se place exactement à cet endroit. J’ai pu voir en Bulgarie l’impact que ce travail a sur différentes strates de la société, y compris politiques, sociétales, culturelles et même idéologiques, comme un antidote à la propagande. (7 octobre 2023)


création au Théâtre National Ivan Vazov Sofia (Bulgarie) – septembre 2023

La pièce LA HAYE de l’autrice ukrainienne Sasha Denisova est une « fantasmagorie » grotesque, drôle et sinistre basée sur des faits et des personnages réels liés à la guerre russe en Ukraine. Le texte mêle des éléments réels de la réalité politique et idéologique de la Fédération de Russie avec des fragments d’histoires documentaires de guerre et de tragédies familiales pour créer un récit non linéaire qui construit une image de la guerre à travers le monde émotionnel d’une petite fille. Écrit peu de temps après le début de l’agression militaire, sa première représentation a eu lieu en février 2023 en Pologne. Sasha Denisova l’a ensuite mis en scène en juin 2023 au Théâtre Arlekin Players de Boston, aux États-Unis.

la haye - theatredelacité
copyright Boriana Pandova

“Ce texte est une rencontre impossible entre Shakespeare et Monty Python. Une sorte de version du (futur) procès contre Poutine et son entourage au tribunal de La Haye pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité se déroule sous nos yeux, se déroulant dans la tête d’un enfant. Un enfant qui sera le principal accusateur. En ce sens, « La Haye » est une fantaisie théâtrale, à la fois comique et effrayante. C’est la première fois que je travaille sur un projet théâtral qui a un lien aussi direct et précis avec notre réalité immédiate. J’explore la possibilité d’une coexistence harmonieuse ou au contraire paradoxale entre politique et poésie, documentaire et musique, mythe et actualité. Cela donne lieu à un vertige émotionnel et intellectuel et forme un champ de réflexion de nature purement artistique. Dans ce terrain de jeu, les fragments de « normalité » que nous avons perdus à cause de la guerre entrent en interaction directe les uns avec les autres. Cela construit une sorte de labyrinthe permettant au spectateur d’explorer les limites de sa compréhension personnelle du bien et du mal. Tout comme un enfant, contraint par les circonstances à devenir adulte”. GALIN STOEV

La totalité de la recette sera reversée aux associations Ukraine libre et Yaroslavna qui œuvrent pour l’accueil des réfugiés à Toulouse et au soutien humanitaire en Ukraine.

Presse

Dossier Presse

Presse création

Autres créations 2023 texte Sasha Denisova


 
 
LA HAYE – le procès de poutine
traduction du russe
par Tania Moguilevskaia
et Gilles Morel

 

Publié dans A voir, En France, Vidéo | Marqué avec , , , , , , , | Laisser un commentaire

ILLUSIONS Ivan Viripaev / Fernand Catry – création 2022


 
 
 
 
 
 
ILLUSIONS
à EST
38400 Saint-Martin d’Hères
le 31 Janvier 2024
 
 
 

ILLUSIONS
pièce d’Ivan Viripaev (2011)

traduction française Tania Moguilevskaia et Gilles Morel
mise en scène Fernand Catry

avec Margaux Lavis, Nathan Roumenov, Johan Roussey et Clotilde Sandri.
mise en lumière Karim Houari
scénographie Les Compagnons de la scène

production Compagnie la Brèche – Grenoble


© teaser : Premiz prod.

« Entre d’abord une femme, un peu plus tard une autre, entre ensuite un homme, un peu plus tard
un autre. Ils sont entrés uniquement pour raconter l’histoire de deux couples mariés. »

Les quatre interprètes se saisissent tour à tour de tranches de vie de ces personnes sans pour autant que des rôles leurs soient attribués, le rythme du récit et les liens affectifs sont donc constamment chamboulés, entraînant fulgurances et virtuosités de langue comme de jeu. La narration s’emballe, apporte toujours de nouvelles surprises et de nouveaux éléments cruciaux. Les interprètes sont animés par le désir de raconter ces histoires avec un souci obsessionnel d’exactitude et de sincérité. Leur précision clinique ainsi que leur soin de chaque détail alimentent une intrigue de plus en plus dense et énigmatique.

Création 2022 et Tournée 23 / 24

  • du 14 au 16/10/2022 création au Théâtre Prémol Grenoble
  • 16/03/2023 au Théâtre 145 Grenoble
  • 25/08/2023 au Festival de la Cour du Vieux Temple – Grenoble

 

 

 

 
henschel

 

Publié dans A voir, Divers, En France, Vidéo | Marqué avec , , , , | Laisser un commentaire

INSOUTENABLES LONGUES ETREINTES d’Ivan Viripaev / Leah Lapiower – reprise 2024

lavoir moderne
 
 
 
 
 
du 24 au 28 janvier 2024
au Lavoir Moderne Parisien
 
 
 
 
 

INSOUTENABLES LONGUES ETREINTES
texte Ivan Viripaev
traduction Sacha Carlson et Galin Stoev
mise en scène Leah Lapiower
avec Camille Seitz, Roxanne Roux, Mathieu Perotto, Yohann-Hicham Boutahar
dramaturgie Camille Tolila-Mercier
scénographie Floriane Benetti et Auriane Robert
création lumière Noémie Richard
création son Thibaut Langenais
création costume Ava de Ardis
production Cie L’Éternel Retour
avec la participation du jeune théâtre national
création au Théâtre de l’Opprimé – septembre 2023

Insoutenables longues étreintes est de ces pièces qui donnent envie de vivre, de réinventer le monde. C’est l’expérience que j’en ai eu, à ma première lecture, et ce que je défends aujourd’hui avec cette mise en scène. En dépit de sa noirceur, du regard lucide – presque clinique —, qu’elle porte sur notre société, il s’en dégage une force vitale, qui nous fouette, comme un jet de sang dans les veines.

etreintes retour
© Cie L’Éternel Retour

La pièce touche au sentiment contemporain d’impuissance face à un monde en crise, sur fond de ce qu’on appelle aujourd’hui l’anthropocène et que les personnages désignent, plus vulgairement comme : «ce monde en plastique de merde». Pourtant la lecture du texte galvanise, il nous assimile avec une telle force à sa puissance dramaturgique qu’il nous rend actifs : c’est un retour que je reçois fréquemment quand je le fais lire.
Je veux rendre tangible cette dimension du texte qui nous invite à repenser notre être au monde, même quand cela implique de traverser des zones d’ombre et de destruction. Parler du monde sans être cynique, c’est-à-dire sans renoncer. Parler d’amour, de transcendance, sans quitter des yeux la réalité de notre société, dont la puissance aliénante menace de nous insensibiliser et de nous isoler toujours plus. C’est ce que parvient à faire ce texte ultra-contemporain et c’est ce à quoi j’essaie d’être fidèle, tâchant d’ouvrir sur scène un autre espace, comme quantique, où sont possibles des réalités apparemment contraires, où le profane rencontre le mystique et où les vérités se multiplient : non sans une pointe du tendre humour qui irrigue toute l’œuvre de Viripaev.
Leah Rivka Lapiower


© Cie L’Éternel Retour

Monica est mariée à Charlie, ils vivent à New-York. Au moment où Monica prend, seule, la décision d’avorter de l’enfant qu’elle attend de Charlie, celui-ci croise son ex, Amy, avec qui il a une relation sexuelle. Plus tard Amy rencontre Christophe, un jeune tchèque, fraîchement débarqué de Berlin, à qui elle offre son corps. Tous ont en commun une grande douleur de vivre et une incapacité à s’ancrer dans le réel. Une voix, qui se présente comme «la voix de l’univers», va les guider, afin qu’ils puissent s’élever au-delà de cette existence d’aliénés. Mais pour cela, ils devront «traverser l’enfer». Insoutenables longues étreintes propose une dramaturgie complexe où les destins de quatre personnages se croisent, dans la quête d’une vie réelle et libre. Ils tissent, ensemble, la trame de cette histoire, se racontant à la troisième personne – étrangers à eux-même, prisonniers d’un monde dévastateur, duquel ils cherchent une issue, par tous les moyens possibles. La pièce est un parcours initiatique ambigu entre auto-destruction et transcendance qui va les conduire à l’abandon de ce monde : à la mort.

Dossier du spectacle
 

Pièce traduite avec le soutien du Centre International de la traduction théâtrale – Paris

 

 

 

 
henschel

 

Publié dans A voir, En France, Vidéo | Marqué avec , , , , | Laisser un commentaire